Bulletin d’information n° 12

Association déclarée le 1er juin 2015
Bulletin d’information n° 11 du 04 Août 2018


 

Madame, Monsieur,

Nous revenons vers vous aujourd’hui sur l’assemblée générale de l’ASL du 26 juin 2018 à 13 heures.

Remercions d’abord  vivement tous ceux qui ont bien voulu nous confier leur pouvoir pour en faire le meilleur usage possible dans l’intérêt de notre village.

Ceci n’est pas un compte rendu de cette assemblée générale mais nos commentaires, toujours dans un sens positif mais aussi  sans concession.

Le premier commentaire concerne la préparation  de cette assemblée générale, le matin même de cette journée du 26 juin, par une partie du bureau de l’ASL en présence du régisseur et/ou du principal de copropriété représentant le syndic SOGIRE parisien, c’est selon , comme nous allons le voir. La différence entre le nombre de présents à l’assemblée générale et le nombre de votants est considérable : 120 présents (en tenant compte des couples) et un peu plus de 340 voix pour le mieux élu. Il est donc évident que beaucoup de copropriétaires avaient donné un pouvoir sans précision de mandataire. Ou bien, M. KERFERS agissait en tant que régisseur pour attribuer les pouvoirs sans mandataire et alors l’ensemble des candidats aurait dû être convoqué ; ou bien M. KERFERS agissait en tant que principal de copropriété du syndic SOGIRE et les autres syndics auraient dû être invités et participer. Vous savez tous que lorsque se tiennent nos assemblées générales de copropriété, les pouvoirs sans mandataire spécifié, sont répartis entre les présents sans aucune partialité. Nous comprenons fort bien que devant le nombre de pouvoirs, la répartition des pouvoirs ne pouvait se faire au début de l’assemblée générale elle-même. L’ASL ayant fait appel à un huissier pour l’après-midi, pourquoi ne pas l’utiliser le matin également ? Toujours est-il que les pouvoirs ont été attribués systématiquement et uniquement aux mêmes personnes choisies du bureau. La pratique est courante, elle n’est pas à proprement parler illégale mais provoque chaque année un nombre très important de recours. Notons enfin que Gérard NAMUR, membre sortant du bureau de L’ASL, et membre de notre conseil d’administration, un crime vraisemblablement, n’a bénéficié d’aucun pouvoir dans cette répartition. Pour ne pas faire le jeu de Pierre et Vacances, nous nous en tiendrons à cette simple remarque.

Le deuxième commentaire tient à l’organisation calamiteuse de cette assemblée générale : vérification du quorum un peu avant 16 heures avec ouverture du scrutin à 13 heures ; documents projetés (autre que ceux contenus dans la convocation) absolument illisibles à l’écran (et non distribués alors sur support papier) ; attitude impolie, agressive à l’excès du président de séance envers tous les intervenants essayant pourtant de mettre toutes les formes pour éviter cette réaction. Nous remercions Monsieur PIGEAULT d’avoir alors repris en main l’assemblée générale et calmer la polémique, pour assurer un déroulement correct, dans le respect des présents qui avaient fait le déplacement.

Le troisième commentaire concerne la prise de parole à l’invitation du président de séance par le directeur du village, intervention absolument non prévue par l’ordre du jour. Une irrégularité majeure qui  pourrait faire l’objet d’un recours.

Le quatrième commentaire concerne l’utilisation des anciens statuts pour le renouvellement par tiers du bureau. Les nouveaux statuts, que tous ont reçus avec la convocation, stipulent que les membres du bureau sont élus pour 3 ans, renouvelables ensuite, et RIEN d’AUTRE. Encore une grave irrégularité.

Le dernier commentaire concerne un point de l’ordre du jour, mystérieux jusqu‘à explication, sur le rôle d’ « ambassadeurs » de l’ASL. Il s’agit de fait d’un système du type « Voisins Vigilants » comme dans nombre de communes, non pas pour signaler aux autorités compétentes des comportements anormaux voire répréhensibles, mais pour intervenir directement auprès des auteurs de ces comportements. Quelle irresponsabilité de faire pareille proposition en mettant en danger les bonnes volontés !  C’est le seul point sur lequel nous avons voté contre comme la grande majorité des présents d’ailleurs. Dans les autres votes du domaine financier nous nous sommes abstenus.

 

Sur le fond, que faut-il retenir ?

  • Dans cet environnement nous ne sommes pas parvenus à nous faire élire ce qui est un échec pour défendre la pluralité des positions sur de nombreux points. Il est clair que pour l’ancien président de ASL n’admet aucune contestation à ses décisions sous peine d’être catalogué de voyou, les présents ont pu malheureusement le constater. Le changement des statuts, sur lequel nous ne reviendrons pas, pouvait donner la chance de rassembler autour d’un projet commun, le déroulement de l’assemblée générale aboutit exactement au contraire. Cependant, le changement de présidence laisse espérer une autre attitude,  nous en sommes certains.

 

  • Le problème reste entier au niveau du rendu des comptes d’exploitation et du budget prévisionnel. Le compte d’exploitation 2017 n’a pas fait l’objet d’un vote, seul l’affectation des résultats a été soumise au vote (selon les nouveaux statuts). Les prévisions de travaux 2018 ont été soumises à un vote avant celui du budget prévisionnel, dans les deux cas sans aucune distinction entre fonctionnement et investissement, sans aucune distinction entre les différents postes budgétaires. Il en résulte donc qu’un votant n’a d’autre choix que d’être d’accord sur tout ou n’être d’accord sur rien. Nous reviendrons plus bas sur les conséquences possibles de ces votes globaux. Nous avons remarqué par exemple qu’une vidéosurveillance avait commencé à être installée sur le village (dans l’absolu aucun problème) alors que ce poste n’avait pas été prévu dans le budget prévisionnel de l’année précédente. Donc le bureau en l’état peut décider de travaux d’investissement sans aval de l’assemblée générale : cela nous semble extrêmement dangereux pour l’avenir.

 

  • L’État des dossiers de Cession et équipements de loisirs (point 3 de l’ordre du jour) a été abordé pour apprendre que des négociations auraient lieu avec Pierre et Vacances dès octobre (le collectif étant d’emblée exclu). Quelle position défendra l’ASL, nous ne le savons pas, mais par contre la parole est donnée longuement au directeur du village pour présenter un bilan comptable PV du fonctionnement du centre nautique (illisible à l’écran). De fait, il ne s’agissait nullement d’un bilan comptable mais bien d’un relevé de trésorerie avec les dépenses et les recettes qui ne correspondent qu’aux entrées dans la piscine des copropriétaires non bailleurs. Bien entendu, ainsi présenté il y a déficit (d’ailleurs comme dans toute piscine en état). En réalité, une comptabilité analytique, aurait compris la participation des locataires Pierre et Vacances  et Maéva qui bénéficient de l’accès gratuit à la piscine, à nombre d’activités de loisirs (sans compter les petits trains). Si l’on se base sur la tarification imposée (pour bénéficier de ces services) aux copropriétaires non bailleurs, la piscine présenterait un bilan très positif. Le problème est donc de savoir, après une cession pour un euro symbolique, d’un équipement totalement obsolète, si Pierre et Vacances et Maéva paieront  alors l’entrée de leurs locataires (combien, comment) et si ses sociétés participeront (à quelle hauteur) à la remise en état, pour le moins, de cet équipement. Nous apprendrons a posteriori  ce qui a été accepté ou non. Il faudra bien alors soumettre ces décisions au vote de l’assemblée générale (par exemple simple remise en état, équipements supplémentaires avec couverture d’un bassin ….) Sachant que des votes sont globaux (et non par poste) l’ASL pourrait se trouver, en cas de refus, dans l’impossibilité de prendre en charge  le fonctionnement courant. C’est une situation qu’il faut absolument éviter.

 

  • Il reste donc absolument nécessaire de faire évoluer les statuts pour réunir un maximum de copropriétaires autour d’un projet commun, c’est-à-dire élaborer à partir des propositions, avec l’assistance de toute personne ayant des compétences spécifiques (il y en aura grand besoin). Il y va de l’avenir de notre village. D’autres villages Pierre et Vacances connaissent les mêmes difficultés mais font montre d’ouverture d’esprit et nous ne pouvons que constater des avancées très nettes.

 

Notre collectif participera efficacement si l’occasion lui en est donnée, nous en sommes certains, vu les bonnes relations entretenues avec nombre de membres du bureau de l’ASL (pas tous cependant) et que le nouveau président saura nous entendre et en tenir compte.

Encore une fois, une page est tournée, nous continuerons être exigeants, l’esprit ouvert, pour faire en sorte que la période qui s’ouvre permette d’assurer un avenir souriant à notre village.

Bien à vous

Gérard BOUTHIER, président du collectif

One thought on “Bulletin d’information n° 12

  1. Je m’aperçois, en lisant votre compte-rendu, que cette AG a été mouvementée et qu’il y a encore beaucoup de points à résoudre.

    Que se passe-t-il avec la piscine ? 1 couverte serait la bienvenue quand il pleut car tous les étés ne sont pas comme cette année 2018. L’année dernière il a pas mal plu en Août

    Un autre point me chagrine : Le CIRQUE

    Quand il pleut, n’y aurait- il pas la possibilité de trouver une salle ou un endroit fermé pour que nos petits champions puissent faire leurs séances tous les jours sans perdre de temps dans l’apprentissage de leurs numéros. La semaine dernière, les lundis et mardis, ils ont fait des entraînements dans le spot, mais bien sûr, celles qui faisaient leurs exercices au trapèze n’ont pu s’entraîner, heureusement que les jeudis et vendredis il a fait beau, ils ont rattrapé leur retard. Cela fait 10 ans que je viens ici et depuis RIEN A L HORIZON, c’est dommage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.